Le Mot Vie

le mot vie

elle a eu envie de vomir
et puis elle a vomi pour de bon
elle a vomi sur le canapé, d’abord juste sur le canapé
et puis alors elle s’est levée et elle est allée vomir un peu partout dans la maison
sur le carrelage, sur les murs, sur la lunette des toilettes
elle a vomi sur la télé allumée
et sur la chatte endormie
et après elle a vomi encore sur sa tête à lui qui n’a rien dit
qui n’a pas même réagi au fait de se faire vomir
dessus comme ça
elle a continuer à vomir sur tout ce qu’elle a rencontré,
elle a un peu vomi sur le lit, l’oreiller et le drap
elle a vomi sur les livres qui se trouvaient là sur son chemin et aussi sur les photographies
et, là, comme elle avait encore envie de vomir, elle est allée dehors pour vomir sur les fleurs magnifiques et sur une fourmilière, elle a noyé les fourmis sous son vomi
elle a couru et a vomi dans l’eau du puits et au pied d’un arbre et alors elle s’est un peu vomi sur les chaussures
elle avait encore envie de vomir, ça ne s’arrêtait pas
alors elle est rentrée dans la maison pour continuer de vomir tout en n’étant pas seule
elle a vomi à ses pieds à lui qui n’a rien dit
qui n’a jamais rien dit sauf quand il y eu trop de vomi sur la télé qu’il regardait et qu’il ne pouvait plus voir
quand il y a eu trop de vomi sur la télé, il lui a dit d’aller vomir ailleurs, merde !
alors elle est sortie sur le bord de la route pour vomir sur la voiture et puis elle est rentrée à l’intérieur de la voiture pour vomir sur les sièges, et elle a mis en route les essuie-glaces pour enlever le vomi en trop sur le pare-brise mais ça l’a plutôt étalé.
et ça a continué, encore, car elle avait toujours envie, et qu’elle sentait bien qu’elle n’avait pas fini et qu’elle aurait toujours envie tant qu’elle n’aurait pas fini
elle a vomi par la fenêtre de la voiture en démarrant et puis elle a conduit n’importe où tout en continuant de vomir sous le siège du conducteur et sur le siège du passager.
elle a roulé n’importe où un bon moment comme ça, mais ça lui donnait encore plus envie de vomir, la voiture, alors elle s’est arrêtée, de conduire, mais pas de vomir, elle est sortie de la voiture et elle a marché n’importe où dans les rues tout en vomissant au pied de chaque lampadaire.
elle a compris qu’elle allait mourir
à force de vomir, elle allait mourir.
quand il n’y aurait plus rien dans son ventre
quand elle n’aura plus la peur, la colère, la faim, le creux, les tripes dans son ventre
elle a compris qu’elle allait finir par se vomir elle-même toute entière et mourir de ça.
elle a su que cela seulement la soulagerait de son envie tenace.
elle a su que le vomi en giclant au sol devenait le mot vie.
et que la vie se tenait là, au sol, dans son vomi, dans sa bile.

Une réflexion sur “Le Mot Vie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s