Vague à l’ame

Vague à l’âme

Quand la journée déraille
je prends le bus au hasard jusqu’au terminus
je m’assois là et je te regarde
toi
qui rentre du boulot ou qui y va
qui pue du goulot ou de sous les bras
toi qui
dam
un monsieur une dame
l’œil surfant dans le vague
à l’âme accrochée aux doigts qui s’empoignent
entre eux
sur les barres de métal glissantes
tu fais le plancton
tu te soudes aux tubes butes titubes te rattrapes à des manches à des
hanches
à des chemises blanches
tout se joue à la Lambada à la chenille
qui redémarre qui remonte en surface qui descend
qui charrie
des Qui
comme toi profil bas d’où
rien ne transparaît qui ne transpire la
répugnance des sens à coudoyer d’autres gens en partance
dans les effluves des haleines bleues du grand large
face aux évents déployés et aux fanons féroces des employés
à bosse

Une réflexion sur “Vague à l’ame

  1. Ah les années bus!!! Que de souvenirs angevins, à regrets pour les visages et le bercement des sièges spartiatement capitonnés, sans regret pour les effluves. Gaffe aux conjugaisons ! Hmmm

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s