Lily de mai

Lily de mai

Une clochette de muguet a fleuri sur ton ventre
Et je reste sans rien faire à la voir vaciller
Sur sa tige vert tendre si fragile et si pâle
Qu’une sieste de papillon la ferait se plier

C’est encore le printemps qui revient par chez nous
C’est encore les oiseaux qui remplissent leur nid
De jolis petits cocos que l’enfant mangera tout chaud
Avec une p’tite cuillère et des mouillettes tendres

C’est encore le printemps sur les fils à linge vides
Où ne tangueront plus tes jupettes à volant
C’est encore le printemps et pourtant c’est bizarre
Je pensais qu’il ne reviendrait plus maintenant

Dans ta chambre ce matin, j’ai essuyé l’armoire
J’ai secoué la couette, aspiré le tapis
C’est fou comme la poussière se dépose sans relâche
Dès que le silence pèse sur un lieu endormi

Tout me glisse dessus désormais comme de l’eau
Plus rien n’arrivera qui me fera trembler
J’ai là une carapace de nacre sur la peau
Sur laquelle même la pluie ne pourra s’accrocher

La petite clochette tinte dans le vent
Un petit air mignon, une berceuse pour enfant
Est-ce toi qui chantonne à travers sa corolle
Et qui veux que je dorme parmi les herbes folles ?

La clochette tremblotte et semble sous un charme
De part dessous la terre qui se gorge de mes larmes
Est-ce toi mon enfant qui danse la farandole
Et qui veux que je danse aussi, comme une folle ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s