La mouette rieuse

La mouette rieuse

A l’ombre sévère des Moaïs
La mouette blessée s’est reposée
Elle a lissé ses plumes humides
De son bec dur froid et glissant

Elle en a parcouru des nuages !
Elle en a vu des ouragans !
Dans son sillage bordé d’écume,
Sternes, albatros et cormorans

Sous son aile gauche le sang se crispe
Il coagule, si rouge sur blanc
Et de son bec pend un fil sec
Et un poisson mou transparent

Harponnée par la douleur
De l’hameçon dans son gosier
Elle ne rit plus depuis longtemps
Sans s’arracher aussi des larmes

Et les statues qui la consolent
L’entourent de leur ribambelle grise
Et tour à tour, chacune lui offre
Le calme sacré de son éclipse

Depuis toujours sur l’île chauve
Les sentinelles sourdent leur force
Aux corps vivants qui les entourent
Et qui souffrent de leurs blessures

La petite mouette est repartie
Courir les vents et les poissons
Après avoir reçu l’aumône
L’énergie pure du basalte

Ainsi mon cœur chargé de peine
Va s’abreuver à cette même source
Ribambelle grise, statues féroces
Votre œil corail me délivre

 

oeil-de-moai-retrouvc3a9-sur-ile-de-paques-300x194

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s